Mille_Mots : Rencontres

Elle avait accepté de le raccompagner chez lui. Il estimait déjà que cette soirée était une réussite. Il avait enchaîné les bons points. Les petites remarques agréables, les yeux doux, les contacts rapides d’une caresse dans le dos ou d’un frottement d’épaules. Cette journée avait été remarquable. Il ne se sentait pourtant pas à son meilleur niveau. Cela faisait un bon bout de temps qu’il n’avait pas fait la cour à une jeune femme. Mais comme on le disait souvent, « c’est comme le vélo, ça s’oublie pas ! » Il n’avait pas démérité. Cela faisait un moment que son célibat lui pesait sur la conscience et ça se reflétait sur ses relations sociales. Il lui fallait sortir et rencontrer des filles. En tout cas se convainquait-il comme ça. Aussi avait-il fait le plus d’efforts possibles pendant ce jour associatif, avec comme objectif de ne pas rentrer seul.

C’était seulement la porte du hall de son immeuble passée et un regard échangé devant le minuscule ascenseur qu’ils se jetèrent dessus, les portes à peine passées. Une étreinte torride qui la plaquait contre le mur à peine assez large pour qu’elle s’y adosse. Leurs langues s’entremêlaient tandis que leurs mains s’aventuraient sous les premières couches de vêtements. Oh il n’avait pas pris n’importe qui durant les heures qui précédèrent ce rapprochement. Il aurait pu. Il n’était pas le plus beau mais savait user de son charme. Seulement il n’avait pas envie de tomber sur une source de problèmes. Non il la connaissait d’avant. Il l’avait rencontrée en réunion d’affaires lors d’un voyage dans le sud. Ils s’étaient rapidement parlé à propos d’un sujet dont il ne se souvenait plus et dont il se fichait. Elle lui avait plu, il pensait qu’elle aussi. Puis ils avaient parlé pendant des heures, de tout et de rien. De satiété sexuelle et d’appétit envers le sexe opposé. Ils étaient sur la même longueur d’onde, s’autorisant même parfois à des remarques déplacées et légèrement provocantes. Qui n’avait jamais proposé à son interlocuteur de lui décrire la façon qu’elle avait de faire plaisir à son compagnon ? Il aimait l’imaginer pénétrer son appartement, et lui s’insinuer dans le sien. Ça lui avait souvent donné des images et il aurait presque osé lui en parler. Presque.

Elle le repoussait alors contre le mur en face d’eux. Ce que trois étages peuvent être longs parfois. Ou trop courts. Elle lui tirait les cheveux en arrière, tout en posant ses lèvres humides sur le cou du jeune homme qui ne savait plus quoi faire de tout son corps tellement il brûlait d’intensité. Il aimerait la retourner gentiment pour lui rendre méchamment hommage. Il ne savait pas d’où venait cette fougue. Il l’avait abandonnée des mois, et pendant tout ce temps, il n’avait fait que penser à elle. Oh il ne voulait pas forcément la marier et lui faire de beaux enfants. Mais il espérait passer la plus belle nuit de la saison. Il espérait voir des colombes chanter sa gloire. Il se voyait déjà au réveil, un café à la main, la regarder se reposer et sourire d’avoir vaincu l’abstinence et l’abnégation. C’était à ce prix qu’il avait accepté de la revoir. Il ne serait pas le jeune puceau qu’il avait été jadis. Il fallait qu’elle prenne du plaisir. Il devait faire en sorte qu’elle jouisse de ce moment passé pour qu’il puisse enfin prendre son pied. « Donnant-donnant ».

Une fois dans le couloir de son studio, il la plaquerait contre le mur. Il essaierait d’ouvrir sa porte, sa bouche et ses yeux ne quittant pas l’objet de son désir. Il arriverait à entrer et elle le pousserait durement contre cette porte refermée, leur laissant enfin un peu d’intimité. Ils n’en avaient pas vraiment eu de la journée. Il estimait qu’ils auraient pu passer à l’acte bien plus tôt, comme aux toilettes de leur exposition. Mais c’était un endroit dégoûtant et légèrement repoussant. Pas vraiment l’endroit parfait pour leur première fois. Mais ça ne le serait pas pour lui. Il l’avait déjà fait dans un endroit atypique. Il ne savait pas si elle avait déjà expérimenté. Du coup, il avait patiemment attendu jusqu’à pouvoir l’inviter à prendre un verre et à rentrer chez lui. Puis ils s’étaient rapprochés.

Il la pousserait alors jusqu’au lit. Elle s’étirerait le plus possible, afin de bien montrer qu’elle s’y sent à l’aise. Puis elle écarterait légèrement les cuisses et lui ferait signe d’avancer. Alors seulement il déboutonnerait son chemisier et la priverait de ses vêtements en haut. Puis il ferait glisser lentement ses bas, ne lui laissant que la jupe qu’il soulèverait. Elle se mordillerait le doigt et il comprendrait qu’il lui faisait du bien. Alors il amplifierait son muscle lingual, libérant le miel de la jeune fille en même temps qu’un soupir qu’il interpréterait pour une invitation à continuer. Il pourrait bien sur tenir toute la nuit. Il s’était préparé à cette éventualité. Qu’elle soit telle qu’elle s’était décrite, ouverte et légèrement affamée elle aussi. Ce serait un régal pour les deux si leur nuit se finissait par un concerto de gémissements qui créerait surement un conflit avec le voisin du dessus. Mais il n’en avait cure. Il ferait ce qu’il voudrait tant que la jeune femme lui demandait de continuer d’une simple pression sur la tête du beau brun.

Alors seulement, lorsqu’elle aurait bien relâché la cyprine et son goût si subtil, il s’approcherait d’elle pour habiter son bas-ventre. Un léger « Aaah » suivi de souffles forts et réguliers leur indiqueraient à tous deux à quel point ils avaient bien fait de s’attendre des mois durant. Le jeu valait toujours la chandelle si l’on avait la patience de le savourer. Dans un dernier râle, il lui soufflerait surement des mots d’amour, sans savoir si ce serait une bonne idée. Plus tard il s’en voudrait mais lui assurerait qu’il n’en pensait pas un mot. La vérité serait qu’il serait tombé amoureux de ce corps qu’il prenait sauvagement contre le mur, le lit claquant contre celui-ci et grinçant légèrement.

Florimon

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s