L’engagement

Ça faisait un moment que je n’avais pas écrit.

D’abord parce que j’avais rien à dire de concret, et je rabâchais pas mal les même trucs tristes. Être heureux ne me fait pas plus écrire cela dit, mais le fait est que j’étais chiant.
Ensuite je n’écrivais pas car je n’en avais pas l’envie, ni le besoin. Et puis je suis allé mieux, j’ai rouvert les yeux, et puis fatalement, je les ai posés sur quelqu’un. Et là y’a une question qui peut se poser. Je ne l’ai jamais fait moi, mais certains, certaines, le font. »Suis-je prêt ? »
« Ça fait un moment que je suis célibataire, est-ce que j’ai envie de m’engager ? La vie est belle, les oiseaux chantent, vais-je me coltiner une moitié ? Une moitié de plus, de trop ? »
« J’ai été en couple pendant des années, j’avais tout avec l’autre, tout fait, dit, donné. Veux-je vraiment tout recommencer ? Y a-t-il seulement une raison qui me pousse à m’engager plutôt qu’à simplement me taper des filles ou des mecs à la suite jusqu’à ce que, un jour, j’en aie marre, et là, je m’engagerai. Car je serai prêt(e). »

L’engagement, ce petit bout de papier sur lequel certains ont l’impression de signer du cachet sanglant de leur vie.

Qu’est-ce que c’est au final que de commencer une relation ? Signer un contrat de mariage, avec les différentes conditions sine qua non ? Est-ce que c’est se promettre fidélité et respect de l’autre, de sa vie passée et intime, « alors que bon, tu sortais quand même avec un sacré connard ? »  Est-ce que le mot galvaudé « engagement » ne serait pas un terme si ancien qu’il désignait un mariage forcé entre une jeune femme et un vieux briscard trois siècles auparavant ?

Si on devait le remettre au goût du jour, je dirais que l’engagement, c’est le fait de croire en quelque chose. Pas d’espérer, pas de vouloir (encore que…) mais de croire. De se dire, « je tente le coup, pourquoi pas ?! » Après tout, pourquoi se contenter de rien ?
Je suis de ceux qui ne veulent pas s’engager, car je suis de ceux qui s’engagent. Dès le premier baiser. Et comme une promesse à l’autre, je m’engage à croire en ce quelque chose entre nous.
S’engager, ce n’est ni plus ni moins que d’avoir les couilles de croire pour deux. De tenter le diable et de se sacrifier quand il le faudra. Car si les deux ne font pas l’effort de croire, tu peux être sur que l’engagé dégagera.

C’est un cercle sans fin où je suis enterré.
Je m’engagerai toujours. Je ferai toujours les choses sérieusement. Parce que je veux être heureux, parce que je veux y croire dans ce bonheur que je ressens à l’instant T avec cette personne. Parce que j’aimerais que ça dure. Et tout ceux qui font cet engagement savent. Tu fais tout pour marquer la personne, car tu sais que tu vas la perdre. Tu sais déjà qu’il y a un putain de compteur au dessus de sa tête, avec une putain d’aiguille qui tourne jusqu’à l’heure fatidique où elle en aura marre de toi, où elle voudra autre chose, voire pire, où elle voudra s’engager.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s